Nous en concluons facilement que pour qu'un fil de chaîne soit pris (donc levé), il suffit que son crochet soit accroché par la griffe ET DONC que son aiguille ne soit pas repoussée.

Il nous faut donc, par l'intermédiaire des cartons laisser en place les aiguilles de tous les fils qui doivent être pris (levés) et repousser les aiguilles de tous les fils qui doivent être laissés (ne pas bouger).

Ceci est maintenant plus clair dans notre esprit, et nous comprenons que ce sont les cartons Jacquard qui vont être chargés de repousser les aiguilles des fils laissés et laisser en place les aiguilles des fils pris (levés).

Maintenant, imaginons qu'avant de tirer les griffes 2 vers le haut, nous repoussions avec le doigt l'extrémité d'une aiguille 3, à sa sortie extérieure de la planchette à aiguille 5.L'aiguille 3, sous la pression du doigt s'enfonce vers la droite en écrasant son ressort 4 (élastique) situé à l'autre extrémité.

Comme le crochet 1 est emprisonné dans l'oeillet situé sur la longueur de l'aiguille 3, il est obligé lui aussi de reculer. Il s'éloigne donc de la griffe 2 et ne sera pas accroché par elle lorsqu'elle se déplacera vers le haut.

Ainsi, le crochet restant en place, la maille située tout en bas ne lévera pas non plus, ni le fil de chaîne qui la traverse.

Nous nous occuperons plus tard des cartons qui permettent de faire la sélection des crochets qui doivent lever... Il nous suffit maintenant de comprendre ceci :

Si l'on soulève les griffes 2 vers le haut, on s'apercoit sur le croquis que tous les crochets 1 vont être accrochés par ces griffes 2 en mouvement vers le haut.


Les crochets 2 vont donc suivre en mouvement et être entraînés vers le haut.

Les collets 8 suivent également le mouvement puisqu'ils sont accrochés à la base des crochets.

Et à l'autre extrémité de ces collets 8, que trouve-t'on ?

Les mailles individuelles dans chacune desquelles passe un fil de chaîne qui suit également le mouvement vers le haut.

Crochet et aiguille

Nous voyons ici une aiguille et uncrochet enfilé dans l'oeil d'une autre aiguille.

Nous avons donc passé en revue les éléments qui participent à la levée des fils.Nous allons maintenant décrire le mode de fonctionnement de ces éléments.

Nous observons les pièces suivantes, numérotées sur la fig.3, et visibles sur les fig.1 et fig.2 :

1 - Crochet de mécanique (EE' en fig.1)
2 - Griffe (B en fig.1)
3 - Aiguilles (FF' en fig.1)
4 - Elastiques (à l'intérieur de C en fig.1)
5 - Planchette à aiguilles (A en fig.1)
6 - Planche à collets
7 - Etui à aiguilles (C en fig.1)
8 - Arcade

Les pièces 3, 4, 5, 6 et 7 sont fixes et ne bougent pas.Les pièces 2, 2, et 8 sont mobiles et se déplacent vers le haut.

Observons à nouveau cette figure 1 en trois dimensions.
La planche d'arcades D est percée d'autant de trous qu'il y a de crochets sur la mécanique.Un collet (boucle de ficelle) E' est passée dans chaque trou de la planche à collet et accrochée au talon du crochet, talon qui repose sur le trou.Plus haut, le crochet passe lui-même à travers l'oeillet confectionné dans l'aiguille FF'.


Cette aiguille est une tige de fer comportant un oeillet sue sa longueur et terminée à une extrémité (vers C) par une boucle qui repose contre un ressort (élastique) enfermé dans l'atui C.
Son autre extrémité passe dans un trou de la planche à aiguilles A.Ici, pour plus de clarté, ne sont représentés qu'un seul rang de 8 crochets et 8 aiguilles.

On observe enfin que le crochet a son extrémité supérieure recourbée en crochet et que ces crochets, au repos, sont positionés au-dessus des griffes mobiles B. De telle sorte que si les griffes mobiles B étaient déplacées vers le haut, elles accrocheraient les crochets et les entraineraient vers le haut.

Fig 3. Ce croquis représente toujours le même ensemble qu'il nous faut découvrir, en deux dimensions seulement.

Fig 2. Ce croquis simplifié représente le même ensemble dessiné autrement.

Fig 1. Ce croquis simplifié représente à l'intérieur d'une mécanique l'ensemble du système concerné.

Voici tout d'abord la photo d'une petite mécanique Jacquard de 104 crochets.

Le jeu des crochets

Nous allons voir comment se comportent les crochets de la mécanique dont le rôle est de se soulever quand il le faut pour entrainer la levée du fil de chaîne auquel il est relié par l'intermédiaire d'une ficelle (arcade) et d'une maille (lisse) indépendante.

Le métier à bras équipé d'une mécanique Jacquard ne possède en général qu'une seule pédale appelée "marche". Il en possède deux s'il utilise deux mécaniques Jacquard, mais nous verrons celà plus tard. A chaque appui sur la pédale unique (marche), on fait agir la mécanique avant le passage d'une trame. Cette action comporte en tout et pour tout trois actions consécutives :

En appuyant sur la pédale :

Levée des crochets sélectionnés au coup précédent.

Cette levée soulève les fils.
Présentation du prochain carton

En relachant la pédale (après avoir passé la trame) :
Descente des crochets levés.

Cette descente rabaisse les fils de chaîne.
Sélection des crochets pour le prochain coup de trame.

Ni plus, ni moins.

Voyons maintenant comment se présente cette mécanique, avec ses crochets et ses cartons.Pour en comprendre le principe sans s'encombrer de détails annexes, nous utiliserons quelques croquis trés simplifiés.

Le jeu des crochets